You are currently viewing Circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’état civil

Circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’état civil

69 / 100

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

Circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’état civil

NOR : JUSC1412888C

BOMJ n°2014-07 du 31 juillet 2014 – JUSC1412888C

 

Circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’état civil

23/07/2014
Cette circulaire évoque cinq problématiques : l’usage des signes diacritiques et des ligatures, la transcription des décisions d’adoption plénière de l’enfant du conjoint, la constitution du dossier de mariage et le recours à un interprète, la mention “victime du terrorisme” sur l’acte de décès, et les conditions de délivrance du livret de famille.

Consulter ici la circulaire du 23 juillet 2014 relative à l’état civil

1 Les règles communes aux actes de l’état civil : l’usage des signes diacritiques et des ligatures

Le principe de liberté de choix de prénom consacré par la loi n° 93-22 du 8 janvier 1993 modifiant le code civil relative à l’état civil, à la famille et au droit de l’enfant et instituant le juge aux affaires familiales a conduit à s’interroger sur la possibilité pour un officier de l’état civil d’admettre certains prénoms comportant des signes diacritiques non connus de la langue française.

À cet égard les principes suivants doivent être rappelés :

La loi n° 118 du 2 Thermidor An II (20 juillet 1794) dispose que les actes publics doivent être écrits en langue française sur le territoire de la République et l’arrêté du 24 prairial an XI (13 juin 1803) précise que l’emploi de la langue française est obligatoire, même dans les régions où l’usage de dresser les actes publics dans l’idiome local se serait maintenu. De surcroît l’article 2 alinéa 1er de la Constitution, issu de la loi constitutionnelle n° 92-554 du 25 juin 1992, dispose que la langue de la République est le français et la loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l’emploi de langue française ne permet pas de déroger à la loi du 2 Thermidor An II.

Se fondant sur ces principes, l’instruction générale relative à l’état civil (IGREC) (§ 106) rappelle que seul l’alphabet romain peut être utilisé et que les seuls signes diacritiques admis sont les points, tréma, accents et cédilles tels qu’ils sont souscrits ou suscrits aux voyelles et consonne autorisés par la langue française.

La circulaire (NOR JUSC1119808C) du 28 octobre 2011 portant règles particulières à divers actes de l’état civil relatifs à la naissance et à la filiation (premier volet de la refonte de l’IGREC) confirme cette analyse concernant le prénom (§ n° 86)
.
Si la convention n°14 de la Commission Internationale de l’État Civil (CIEC) relative à l’indication des nom et

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.