Jump to content
Prénommer

Search the Community

Showing results for tags 'laïque'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Accueil
    • Informations générales
    • Technical Support
  • Discussions générales
    • News and Information
    • Législation
    • Questions and answers
  • Ressources
    • Saints et Fêtes
    • Calendrier
    • Prénoms
    • Prénoms étrangers
    • Prénoms régionaux
    • Groupes
    • Causes
    • Aide
    • Documents en ligne
    • Liens utiles
  • Community Forums
    • Partenaires

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu: 


Intérêts

Found 7 results

  1. Claude

    Elisabetta Sanna Porcu

    Bienheureuse Elisabetta Sanna Porcu Fête le 17 février Laïque italienne, mère de famille, veuve Codrongianos, Sassari, Sardaigne, 23 avril 1788 - † Rome 17 février 1857 Béatifiée le 17 septembre 2016 à Codrongianos, Sardaigne Lors de l’angélus du 18 septembre 2016, le pape François a salué la béatification d’Elisabetta Sanna (1788-1857), qui avait eu lieu la veille à Codrongianos, en Sardaigne. Elle fut « un modèle de charité évangélique », a-t-il assuré. La laïque italienne, mère de famille, une fois veuve, « se consacra totalement à la prière et au service des malades et des pauvres », a rappelé le pape devant la foule rassemblée place Saint-Pierre : « Son témoignage est un modèle de charité évangélique animée par la foi ». Née le 23 avril 1788 dans une famille d’agriculteurs, elle perdit la capacité de lever les bras à l’âge de trois mois, du fait de la variole. Son handicap l’ayant empêchée d’être religieuse malgré son désir, elle épousa à 20 ans Antonio. Ils eurent sept enfants dont deux moururent en bas âge. Son mari mourut à son tour en 1825, la laissant seule avec leurs cinq enfants. Elisabetta Sanna fit alors un vœu de chasteté et elle devint mère spirituelle des jeunes-filles et des femmes de son village. En 1831, elle entreprit un pèlerinage en Terre Sainte puis à Rome, d’où elle ne put pas revenir en raison d’affections physiques graves. Elle y devint l’un des premiers membres de l’Union catholique fondée par saint Vincent Pallotti, son directeur spirituel. Elisabetta se consacra alors complètement au service des malades et des pauvres. Pour le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, qui a présidé la béatification, « Elisabetta était la femme de la miséricorde ». « Sa vie, explique-t-il à Radio Vatican, fut une pratique continue des œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Malgré le froid, la fatigue du chemin et les bras tordus, elle se rendait à l’hôpital san Giacomo ou dans des maisons pour servir les malades ». « Elle donnait aux autres les aumônes qu’elle recevait, en gardant le peu qui lui servait pour sa nourriture de misère, poursuit-il (…). Elle priait et faisait prier pour les condamnés à mort ».
  2. Claude

    Simona Tronci

    La Servante de Dieu Simona Tronci Jeune laïque, Co-fondatrice de la Communauté Primavera Fête le 18 avril Cagliari 13 octobre 1960 - † Cagliari 18 avril 1984
  3. La Servante de Dieu Zita de Bourbon-Parme Laïque du diocèse du Mans, mariée Fête le 21 octobre Capezza Pianore, près de Lucques, Italie, 9 mai 1892 – † Zizers, Graubünden, Suisse, 14 mars 1989 Epouse de Charles 1er d’Autriche, béatifié en 2004, mère de 8 enfants, Impératrice d’Autriche et reine de Hongrie. La princesse Zita de Bourbon-Parme est née le 9 mai 1892, près de Lucques, en Italie. Le 21 octobre 1911, elle épouse l’archiduc Charles d’Autriche, petit-neveu de François-Joseph, qui devient l’empereur Charles Ier d’Autriche et le roi Charles IV de Hongrie en 1916. Impératrice d’Autriche et reine de Hongrie, Zita assiste son mari, au cours de leurs deux années de règne, dans ses efforts pour la paix et la justice sociale. Ce couple uni, soudé par une profonde foi chrétienne, a huit enfants. Exilée en Suisse à la fin de la Première Guerre mondiale, la famille impériale est reléguée à Madère, où Charles meurt le 1er avril 1922. Veuve, sans ressources, se dévouant aux siens et à tous, l’impératrice Zita vit en Espagne, en Belgique, au Québec et aux Etats-Unis, puis revient en Europe après la Seconde Guerre. Elle rend son âme à Dieu le 14 mars 1989, et est enterrée à Vienne le 1er avril suivant. Charles d’Autriche a été béatifié par Jean-Paul II en 2004. En 2008, la Congrégation des Causes des Saints a autorisé l’ouverture du procès de béatification de la Servante de Dieu Zita de Bourbon-Parme dans le diocèse du Mans.
  4. Vénérable Élisabeth Maria Satoko Kitahara Laïque de l’archidiocèse de Tokyo Fête le 23 janvier OFM Conv. Tokyo, Japon, 22 août 1929 – † Arinomachi, près de Tokyo, 23 janvier 1958 Déclarée Vénérable le 23 janvier 2015 par le pape François. Laïque japonaise engagée dans la Milice de Marie Immaculée. Née en 1929, elle mourut près de Tokyo le 23 janvier 1958, dans le village d’Arinomachi où elle avait choisi de vivre depuis 1950, peu après son baptême. Elle y pratiqua la charité et une intense activité apostolique parmi les pauvres.
  5. Claude

    Anicka Zelíková

    La Servante de Dieu Anicka Zelíková Laïque de l’archidiocèse d’Olomouc (Rép. Tchèque) Fête le 11 septembre T.O.Carm. Napajedla, Zlinský kraj, 19 juillet 1924 – † Napajedla, Zlinský kraj, Rép. Tchèque, 11 septembre 1941 Née dans la province tchèque de Moravie en 1924, Anna Maria fait penser à sainte Thérèse de Lisieux par sa spiritualité simple et belle. Elle qui vivait un véritable « apostolat du sourire », souhaitant « sourire jusqu’à son dernier souffle », écrivit en 1940 que « la vraie beauté est cachée dans la fidélité aux petites choses ». Atteinte de la tuberculose, elle ne put entrer au Carmel et mourut à l’âge de 17 ans, le sourire aux lèvres, après avoir dit ses dernières paroles : « J’ai confiance. »
  6. La Servante de Dieu Claire de Castelbajac Jeune laïque du diocèse d'Auch Fête le 22 janvier Paris 26 octobre 1953 – † Lauret, Gers, 22 janvier 1975 Après sa première communion et malgré une santé défaillante, elle affirme : « Je veux être sainte alors il faut que je fasse des sacrifices ». Spécialisée en restauration d'œuvres d'art à l'Institut central de restauration à Rome, elle a notamment travaillé sur deux fresques dans la basilique Saint-François à Assise. Elle dit à une religieuse : « Je voudrais donner du bonheur à tous ceux que j'approche et semer la joie. La petite Thérèse attendait d'être au ciel pour faire des heureux. Moi, je veux en faire sur la terre ». Le 30 décembre 1974, elle passe sa journée devant la grotte de Lourdes. Elle meurt trois semaines plus tard à la suite d'une méningo-encéphalite. Processus de béatification L'enquête officielle en vue de sa béatification a été ouverte en 1990 et close au niveau diocésain le 16 février 2008. Le décret de validité de l'enquête diocésaine a été signé à Rome le 4 juin 2009 par Monseigneur Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints. À la demande de l'archevêque du diocèse, le corps de Claire de Castelbajac repose actuellement dans l'église de l'abbaye de Boulaur.
  7. Claude

    Laura Vicuña

    Bienheureuse Laura Vicuña Laïque étudiante Fête le 22 janvier S.D.B. Santiago de Chile, Chili, 5 avril 1891 – † Junín de los Andes, Argentine, 22 janvier 1904 Proclamée Vénérable le 5 juin 1986 Béatifiée le 3 septembre 1988 par le pape Jean Paul II Autre graphie : Laura Carmen Vicuña La bienheureuse Laura Vicuna, née à Santiago du Chili le 5 avril 1891 et retournée à Dieu le 22 janvier 1904 à Junín de Los Andes, province de Neuquén-Argentina (Argentine), a été béatifiée le 3 septembre 1988 par Jean-Paul II à Colle Don Bosco (Piémont). À Junin, la bienheureuse Laura Vicuna mourut à 13 ans « comme un poème de pureté » (Jean-Paul II). Laura fit le sacrifice de sa vie pour la conversion de sa mère et mourut. Colle Don Bosco est le village natal de Don Bosco. Laura perd son père à 2 ans. Sa mère émigre en Argentine et vit avec le propriétaire de la ferme où elle est domestique. Laura est élevée par des Sœurs de Marie-Auxilliatrice à Junin de los Andes. Elle fait sa première communion en 1901 et sa Confirmation en 1902. Elle désire entrer chez les soeurs. Avant de mourir, elle révèle à sa mère qu’elle avait offert sa vie pour sa conversion. Sa mère se convertit aussitôt, et Laura meurt en disant « Merci, Jésus, Merci, Marie, je meurs contente »
×
×
  • Create New...

Important Information

We use technologies, such as cookies, to customise content and advertising, to provide social media features and to analyse traffic to the site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. See more about cookies and our Privacy Policy.