Jump to content
Prénommer

Search the Community

Showing results for tags 'saint'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Accueil
    • Informations générales
    • Technical Support
  • Discussions générales
    • News and Information
    • Législation
    • Questions and answers
  • Ressources
    • Saints et Fêtes
    • Calendrier
    • Prénoms
    • Prénoms étrangers
    • Prénoms régionaux
    • Groupes
    • Causes
    • Aide
    • Documents en ligne
    • Liens utiles
  • Community Forums
    • Partenaires

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu: 


Intérêts

Found 6 results

  1. Le pape François autorise le cardinal Giovanni Angelo Becciu, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, à promulguer le 27 mai 2020 huit décrets de canonisation et béatification, a indiqué le Saint-Siège le même jour. Sont concernés quatre Français, dont Charles de Foucauld et César de Bus, qui devraient devenir saints, et Pauline Jaricot, qui devrait devenir bienheureuse. Un miracle a été attribué au bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), prêtre béatifié en 2005 par Benoît XVI. Ce Français, après avoir mené une carrière de militaire, marquée par une vie dissolue, a vécu ensuite une existence de foi et d’évangélisation par l’exemple au milieu des Touaregs dans le Sahara algérien au début du 20e siècle. Il est mort assassiné en 1916. Un miracle a été attribué à la vénérable servante de Dieu Pauline Jaricot, fondatrice des Œuvres pontificales missionnaires et du ‘Rosaire vivant’. Lyonnaise née en 1799 dans une famille de soyeux, cette jeune bourgeoise qui aime les mondanités est bouleversée à l’adolescence par un sermon sur la vanité. Elle décide alors de se consacrer à la Vierge, à Notre-Dame de Fourvière (Lyon) en 1816. À partir de cette conversion : sa vie change. Entre 1819 et 1820, avec quelques amies parmi les ouvrières ou des proches, réunis par une vie de prière et d’actions charitables, elle imagine une collecte faite pour recueillir des fonds pour des missions. Ce système s’étendra rapidement dans le monde et deviendra l’Association de la Propagation de la Foi, créée le 3 Mai 1822. Elle meurt d’une maladie en 1862 et est proclamée vénérable par le pape Jean XXIII le 25 février 1963. Dès 1922, Pie XI érige la Propagation de la foi en Œuvre Pontificale, et la direction est transférée à Rome. Pauline Jaricot devrait donc devenir bienheureuse. Par ailleurs, le bienheureux César de Bus (1544-1607), fondateur des Pères de la doctrine chrétienne, s’est vu attribuer un miracle. Il avait été béatifié en 1975 par le pape saint Paul VI. Le martyre du Français Siméon Cardon et de ses cinq compagnons, religieux de la Congrégation de Casamari, tués en haine de la foi par les soldats français entre les 13 et 16 mai 1799, a également été reconnu. Les vertus héroïques du Français Melchior Marie Joseph de Marion Brésillac (1813-1859), prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) ont également été reconnues.
  2. Le pape François a présidé la messe de canonisation de cinq nouveaux saints, ce dimanche 13 octobre 2019, place Saint-Pierre, ce sont : le cardinal John Henry Newman (1801-1890, Grande-Bretagne); Giuseppina Vannini (1859-1911, Italie) ; Mariam Thresa Chiramel Mankidiyan (1876-1926, Inde) ; sœur Dulce Lopes Pontes (1914-1992, Brésil); Marguerite Bays (1815-1879, Suisse), en présence de délégations de ces cinq pays.
  3. Une nouvelle bienheureuse et un nouveau saint applaudis place Saint-Pierre La méthodologie « équipollente » 10 novembre 2019 Une nouvelle bienheureuse et un nouveau saint ont été applaudis par la foule et par le pape François, place Saint-Pierre, après l’angélus de ce dimanche 10 novembre 2019. Le pape a en effet évoqué la béatification de Maria Emilia Riquelme y Zayas (1847-1940), fondatrice des Sœurs Missionnaires du Saint Sacrement et de Marie Immaculée, à Grenade, en Espagne, samedi 9 novembre. Il a aussi évoqué la « messe d’action de grâce » pour la « canonisation équipollente de saint Barthélémy Fernandes des Martyrs » (1514-1590), ce dimanche, à Braga – où il a été évêque -, au Portugal. « La nouvelle Bienheureuse était exemplaire par sa ferveur pour l’adoration Eucharistique et pour sa générosité au service des plus démunis; tandis que le nouveau saint était un grand évangélisateur et un grand pasteur de son peuple. On les applaudit ! », a dit le pape François. « La méthodologie « équipollente », est prévue par le droit de l’Église, avait expliqué le pape lui-même en 2015. Elle est utilisée quand un homme ou une femme sont bienheureux depuis très longtemps, et qu’il existe une vénération du peuple de Dieu, c’est-à-dire que, de fait, ils sont vénérés comme des saints : on ne fait pas le procès sur le miracle. » Rappelons que les canonisations « équipollentes » sont possibles à trois conditions : un culte déjà ancien ; une renommée de miracles accomplis par le saint ; et leur transmission au cours des siècles par des historiens « dignes de foi ». Le pape a rappelé que le procès d’Angèle de Foligno « a été fait ainsi, elle a été la première » sous son pontificat. « Ensuite j’ai choisi de canoniser des personnes qui ont été de grands évangélisateurs et de grandes évangélisatrices : d’abord Pierre Favre, qui a été un évangélisateur de l’Europe. On peut dire qu’il est mort dans la rue, alors qu’il évangélisait en voyageant, à 40 ans », a-t-il ajouté. « Et puis il y a eu les évangélisateurs du Canada, François de Laval et Marie de l’Incarnation : tous deux sont pratiquement les fondateurs de l’Église dans ce pays, lui comme évêque, elle comme religieuse. Et José de Anchieta, du Brésil, fondateur de São Paulo… puis Joseph Vaz, ici, comme évangélisateur du Sri Lanka », a poursuivi le pape. « Ce sont des figures qui ont fait une grande évangélisation et qui sont en harmonie avec la spiritualité et la théologie de l’exhortation Evangelii gaudium. C’est pourquoi j’ai choisi ces figures », a-t-il expliqué.
  4. Claude

    Louis Martin

    Bienheureux Louis-Joseph-Aloys-Stanislas Martin Père de sainte Thérèse de Lisieux Fête le 12 juillet Bordeaux, Gironde, 22 août 1823 – † château de la Musse, Eure, 29 juillet 1894 Proclamé Vénérable le 26 mars 1994 par le pape Jean Paul II Béatifié le 19 octobre 2008 à Lisieux par le pape Benoît XVI Depuis que le pape Jean-Paul II a déclaré « dignes de vénération », le 26 mars 1994, Louis et Zélie Martin, décédés respectivement en 1894 et en 1877, on s’active à Lisieux pour qu’avance la cause de la béatification des parents de la « petite Thérèse ». Issu d’une famille de militaires, enfant de troupe en des garnisons successives (Avignon, Strasbourg), Louis Martin, né à Bordeaux le 22 août 1823, connut la vie des camps et fut élevé dans le souvenir de la légende napoléonienne, bien que son père ait rallié l’armée royaliste lors des Cents jours. Ordonné, méthodique, de tempérament solitaire et méditatif, Louis apprit l’horlogerie. A vingt-deux ans, il rêve d’une vie plus solitaire encore et se présente comme postulant au monastère du Grand Saint-Bernard. Mais ignorant le latin, il est refusé. Après un séjour à Paris, il s’installe comme horloger à Alençon et vit avec ses parents rue du Pont-Neuf, menant pendant huit ans une vie quasi-monastique remplie par le travail, la prière, la lecture, la pêche et la fréquentation d’amis au cercle catholique. Les deux exclus de la vie religieuse se rencontrèrent et après de brèves fiançailles se marièrent en l’église Notre-Dame le 13 juillet 1858. Installés rue du Pont-Neuf, ils vécurent d’abord pendant dix mois, sur la suggestion de Louis, mais d’un commun accord, comme frère et soeur. L’intervention d’un confesseur les fit changer d’avis à tel point que neuf enfants naîtront dans ce foyer de 1860 à 1873. Cinq filles seulement vécurent. De santé précaire, madame Martin, minée par un cancer du sein qui ne se déclara incurable qu’en 1876, se résigne à confier son cinquième enfant et les suivants à des nourrices. Il règne chez les Martin une foi solide qui voit Dieu en tout événement et lui rend un culte permanent. On apprend aux enfants à respecter le pauvre dans sa dignité. La date du 12 juillet a été choisie comme date de la fête liturgique des époux Martin, parents de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, puisque c’est l’anniversaire de leur mariage à Alençon, à minuit, en l’église Notre-Dame, le 12 juillet 1858. Zélie Martin
  5. Saint Giovanni Battista Montini Pape de 1963 à 1978 Fête le 29 mai Concesio, près de Brescia, 26 septembre 1897 – † Castel Gandolfo 6 août 1978 Cf. Paul VI
  6. Claude

    Jean-Baptiste Montini

    Saint Jean-Baptiste Montini Pape de 1963 à 1978 Fête le 29 mai Concesio, Lombardie, 26 septembre 1897 – † Castel Gandolfo 6 août 1978 Cf. Paul VI Les grandes dates de Jean-Baptiste Montini : 26 septembre 1897. Naissance à Concesio, près de Brescia (Lombardie). 29 mai 1920. Ordonné prêtre à Brescia. 1937-1951. Substitut à la Secrétairerie d’État, puis pro-secrétaire d’État. 1951-1963. Archevêque de Milan. 21 juin 1963. Élu pape, pour succéder à Jean XXIII. 1963-1965. Poursuit et achève le concile Vatican II, convoqué par Jean XXIII. 4-6 janvier 1964. Pèlerinage à Jérusalem, rencontre avec le primat orthodoxe Athénagoras. 2-5 décembre 1964. Voyage à Bombay. 15 septembre 1965. Création du synode des évêques. 4 octobre 1965. Visite à l’ONU, à New York. « Plus jamais la guerre ! » 1967. Encyclique Populorum progressio, sur le développement des peuples, « nouveau nom de la paix ». 1968. A Medellin, en Colombie, avec les évêques latino-américains qui choisissent l’option préférentielle pour les pauvres. 30 juin 1968. Publication du « Credo » de Paul VI. Juillet 1968. Encyclique Humanæ vitæ, sur la régulation des naissances : non à la pilule. Juin 1972. Paul VI, déçu par la mise en œuvre du concile, dénonce « les fumées de Satan ». 1975. Il préside l’Année sainte. Reconnaissance du Renouveau charismatique. Encyclique Evangelii nuntiandi, sur l’évangélisation, à la suite du quatrième synode des évêques. 6 août 1978. Il meurt à Castel Gandolfo. 1993. Ouverture par Jean-Paul II de la cause de béatification de Paul VI.
×
×
  • Create New...

Important Information

We use technologies, such as cookies, to customise content and advertising, to provide social media features and to analyse traffic to the site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. See more about cookies and our Privacy Policy.