Jump to content
Prénommer

Search the Community

Showing results for tags 'serviteur de dieu'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Accueil
    • Informations générales
    • Technical Support
  • Discussions générales
    • News and Information
    • Législation
    • Questions and answers
  • Ressources
    • Saints et Fêtes
    • Calendrier
    • Prénoms
    • Prénoms étrangers
    • Prénoms régionaux
    • Groupes
    • Causes
    • Aide
    • Documents en ligne
    • Liens utiles
  • Community Forums
    • Partenaires

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu: 


Intérêts

Found 23 results

  1. Le Serviteur de Dieu Taïssir Tatios l’Égyptien Le petit chantre de Jésus Fête le 19 juin Le Caire, Égypte, 1943 - 19 juin 1956 Taïssir Assadourian est d'origine arménienne. Après leur mariage, ses parents ont émigré en Égypte et se sont installés au Caire. Atteint de myopathie dès l'âge de 8 ans, Taïssir - familièrement appelé Toussi - est une des figures les plus rayonnantes parmi les jeunes saints.
  2. Claude

    Darwin Ramos

    Le Serviteur de Dieu Darwin Ramos Fête le 23 septembre Pasay City, Philippines, 17 décembre 1994 - Quezon City, Philippines, 23 septembre 2012 Darwin Ramos, né le 17 décembre 1994 à Pasay City (Philippines) et mort à Quezon City (Philippines) le 23 septembre 2012 à l'âge de 17 ans, est Serviteur de Dieu. Cet enfant des rues de Manille, atteint d’une myopathie de Duchenne, a découvert la foi catholique à l'âge de 11 ans, est devenu un "maître de Joie" et sa réputation de sainteté ne cesse de croître depuis sa mort. L'ouverture d'une cause de béatification et canonisation a été demandée en 2018 par la Darwin Ramos Association à Mgr Honesto Ongtioco (en), évêque de Cubao aux Philippines (Église catholique). La cause a été ouverte officiellement le 28 août 2019 à la Cathédrale de l'Immaculée Conception de Cubao. Darwin Ramos pourrait devenir le premier saint non martyr des Philippines. Procès de béatification et canonisation Plusieurs témoignages écrits lancent d'abord la renommée de Darwin Ramos : en mars 2015, l'abbé Matthieu Dauchez, directeur de Tulay ng Kabataan Foundation, écrit un livre : Plus Fort que les Ténèbres ; en 2016, le Père Daniel-Ange de Maupeou d'Ableiges fait également référence au jeune Darwin dans Prophètes de la Beauté. Aux Philippines, le souvenir de la vie de Darwin Ramos reste présent dans l'esprit de beaucoup, notamment au sein de Tulay ng Kabataan Foundation. Des personnes continuent de se recueillir sur sa tombe à Pasay City. Face à cette réputation de sainteté toujours croissante, une association est créée (Darwin Ramos Association). Elle nomme le 14 mars 2018 le Père Thomas de Gabory, OP, comme postulateur (français). Mgr Honesto Ongtioco (en), évêque de Cubao (Philippines), confirme cette nomination par décret du 25 mai 2018. Le postulateur adresse officiellement la demande (Supplex Libellus) d'ouverture de la cause de béatification et canonisation de Darwin Ramos le 20 juin 2018. La lettre d'acceptance du Supplex Libellus est signée le 7 novembre 2018. Un vice-postulateur est alors nommé, le Père Robert T. Young, JCD (philippin et canoniste). La cause a été ouverte publiquement par Mgr Honesto Ongtioco (en) en la cathédrale de l'Immaculée Conception de Cubao le 28 août 2019. Un tribunal ecclésiastique a été nommé afin de procéder à l'audition des témoins. Avant cela, le Nihil obstat de la Congrégation pour les causes des saints à Rome avait été signé par le cardinal Angelo Becciu, préfet de cette Congrégation, le 29 mars 2019. D'autre part, une consultation du peuple des fidèles avait été organisée par la publication de l'édit (pendant deux mois). Il est encore prévu une consultation de l'ensemble des évêques des Philippines.
  3. Claude

    Michael Joseph McGivney

    Bienheureux Michael Joseph McGivney Fondateur des Chevaliers de Colomb Fête le 14 août Waterbury, Connecticut, 12 août 1852 – † New Haven, Connecticut, 14 août 1890 Le 15 mars 2008, il fut déclaré vénérable par le pape Benoît XVI. Décret de béatification signé le 26 mai 2020 par le pape François. L’Ordre des Chevaliers de Colomb a été fondé en 1882 par un prêtre de paroisse de 29 ans, l’Abbé Michael J. McGivney, dans le sous-sol de l’Église St. Mary à New Haven, dans le Connecticut, aux États-Unis. Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, l’Ordre des Chevaliers de Colomb est devenu l’organisme laïque le plus grand de l’Église catholique. L’Ordre a été appelé « le Bras Droit Fort de l’Église » et a été loué par les papes, les présidents et autres dirigeants mondiaux pour son soutien à l’Église, pour ses programmes d’évangélisation et son enseignement catholique, son implication civique et son assistance aux nécessiteux. Pas plus tard qu’en 1992, Mère Thérèse de Calcutta a loué les Chevaliers dans un discours qu’elle a donné lorsqu’elle a reçu le premier Prix Gaudium et Spes des Chevaliers de Colomb.
  4. Claude

    Stefan Wyszynski

    Vénérable Stefan Wyszynski Cardinal Primat de Pologne (1948 à 1981) Fête le 28 mai Zuzela, Ostrów Mazowiecka, 3 août 1901 – † Varsovie, Pologne, 28 mai 1981 Reconnu vénérable en 2017, il sera proclamé bienheureux en 2020. Archevêque de Varsovie et de Gniezno, le Serviteur de Dieu, le cardinal Stefan Wyszynski, en 1973, ayant obtenu des autorités communistes, après bien des tentatives, la permission de construire à Bydgoszcz la première église après la Deuxième Guerre mondiale, il lui donna un titre étrange : celui des « Saints Frères Martyrs polonais ». Le 12 novembre 1948, l’évêque Stefan Wyszynski est élu Primat de Pologne. Plus tard on le surnommera le » Primat du millénaire « . CITE DU VATICAN, Jeudi 7 avril 2005 (ZENIT.org) – Stefan Wyszynski (1901-1981) est né le 3 août 1901, à Zuzela, dans le diocèse de Lomza. Il a fait ses études au séminaire de Wloclaweck, puis à l’université de Lublin. Il a été ordonné prêtre le 3 août 1924, et poursuivit ses études de 1924 à 1927 et exerça son ministère pastoral dans le diocèse de Lomza, de 1927 à 1930. Puis il fut appelé à enseigner au séminaire de Wloclaweck, jusqu’à la guerre (1930-1939). Et pendant la guerre, il continua son ministère pastoral de façon clandestine (1939-1945). C’est au lendemain de la guerre, le 4 mars 1946 qu’il a été nommé évêque de Lublin, et a été consacré le 12 mai 1946, à Jasna Góra, par le cardinal August Hlond, S.D.B., archevêque de Gniezno. Il a ensuite été transféré au siège métropolite de Gniezno, uni ad personam, à celui de Varsovie, le 12 novembre 1948. C’est à la suite de cette nomination qu’il a été emprisonné puis assigné à résidence par le régime communiste (1949-1956). Lorsque le Saint-Siège excommunia tous les communistes en 1949, le gouvernement polonais s’en prit à l’Église catholique (nationalisation des biens de l’Église, arrestation des prêtres). En 1953, le cardinal Stefan Wyszynski fut arrêté puis assigné à résidence dans un monastère. Il était encore détenu lorsque le pape l’a créé cardinal, le 12 janvier 1953 et fut empêché de se rendre au consistoire. Il reçut sa barrette de cardinal et le titre de Sainte-Marie du Transtévère, le 18 mai 1957. Et s’il eut l’autorisation de se rendre à Rome pour participer aux sessions du Concile Vatican II (1962-1965), il fut en revanche empêché par le régime communiste de participer à la première assemblée ordinaire du synode des évêques en 1967. Mais en octobre 1969, il put participer à son assemblée extraordinaire (11-28 octobre), puis à la seconde assemblée ordinaire de 1971 (30 septembre-6 novembre), à la troisième (26 septembre-26 octobre 1974, à la quatrième (30 septembre-29 octobre 1977) et aux conclaves de 1978 (25-26 août et 14-16 octobre). C’est lors de cette deuxième assemblée qu’il a prophétisé que le cardinal Karol Wojtyla, aurait la mission d’introduire l’Eglise dans le Troisième millénaire. Il sera encore à Rome pour la première assemblée plénière du collège des cardinaux pour le consistoire de novembre (5-9) 1979. Il est décédé le 28 mai 1981. Il repose dans une chapelle latérale de la cathédrale de Varsovie. Son procès de béatification, commencé en 1989, est achevé au niveau diocésain depuis le 6 février 2001, et il est actuellement en cours à Rome. Un miracle dû à son intercession pourrait être authentifié. Anita Bourdin © France catholique (www.France-catholique.fr) ZF05040706
  5. Claude

    Fulton John Sheen

    Vénérable Serviteur de Dieu Fulton John Sheen Évêque de Rochester (New-York) Fête le 9 décembre El Paso, Illinois, 8 mai 1895 – † New York City, États-Unis, 9 décembre 1979 Autre graphie : Peter Sheen Déclaré Vénérable le par le pape Benoît XVI le 28 juin 2012 Un miracle pour Fulton Sheen, bientôt béatifié L’Église reconnaît ainsi le miracle attribué à l’intercession du vénérable archevêque américain Fulton Sheen (1895-1979), évêque de Rochester. Orateur et prédicateur télévisé de renom, d’une famille irlandaise, il est ordonné prêtre à 24 ans après des études à Rome. Fulton John Sheen, né Peter John Sheen le 8 mai 1895 à El Paso et décédé le 9 décembre 1979 à New York, est un prélat catholique américain, évêque auxiliaire de New York en 1951 et promu archevêque in partibus en 1969. Il est surtout connu pour ses dons d'orateur et sa remarquable présence dans les médias. Après avoir tenu l'émission radiophonique The Catholic Hour de 1930 à 1950, il présente pendant une vingtaine d'années des émissions de télévision qui lui vaudront une Emmy Award en 1952. Le magazine Time, qui a forgé le terme de télévangéliste, lui a décerné le titre de « premier télévangéliste ». Professeur de philosophie à l’Université catholique de Washington, il est invité en 1930 à animer une émission dominicale sur la radio Nbc, puis en 1950 à la télévision. Son langage limpide et compréhensible par tous lui attire plus de 30 millions de téléspectateurs par semaine. En 1950, il est aussi nommé directeur de la Société pour la propagation de la foi, au sein de laquelle il réalisa de nombreux voyages en Asie, en Afrique et en Océanie. Le 11 juin 1951 il est consacré évêque, puis nommé évêque de Rochester en 1966. Il meurt à a New York le 9 décembre 1979. Cette reconnaissance ouvre la voie à sa prochaine béatification.
  6. Claude

    Carlo Grisolia

    Le Serviteur de Dieu Carlo Grisolia Jeune du Mouvement des Focolari Fête le 29 septembre Bologne, Italie, 29 décembre 1960 - † Gênes 29 Septembre 1980 Carlo est né le 29 Décembre 1960. diplômé en agronomie, il vivait dans le même quartier d'Alberto, avec qui il a partagé l'expérience du Mouvement des Focolari. Le lendemain de la mort d'Albert, alors qu'il faisait son service militaire, une tumeur maligne cancéreuse fut diagnostiquée. Avec son caractère extraverti, et son amour pour Dieu, il commença son relais (40 jours) « pour voir Jésus », pendant lequel Carlo dit souvent que « Alberto est là avec lui » pour le soutenir, et « garde Jésus au milieu », comme toujours. Avant de mourir, Carlo avait dit à ses amis rassemblés autour de lui : «Je suis à la fin. Je voulais vous dire de toujours être prêts à donner votre vie les uns pour les autres. J'offre ma vie pour vous tous, mais surtout pour l'humanité souffrante, pour les enfants de mon quartier, de ma paroisse, et pour un monde uni ». Il achève à son tour son plongeon en Dieu le 29 Septembre 1980.
  7. Claude

    Alberto Michelotti

    Le Serviteur de DIeu Alberto Michelotti Responsable d'un groupe de jeunes du Mouvement des Focolari Fête le 18 août Gênes, Italie, 14 août 1958 - † 18 août 1980 Alberto Michelotti et Carlo Grisolia Amoureux de la montagne, il tombe le 18 août 1980 au cours d'une ascension d'un couloir de glace des Alpes Maritimes. 25 ans après leur « départ » pour le ciel, le cardinal Bertone, alors évêque de Gênes, a annoncé qu’un procès en béatification de Carlo et Alberto sera ouvert avec cette particularité : pour la première fois, on voudrait établir si les deux jeunes sont parvenus ensemble à la sainteté en incarnant par leurs vies la phrase de Jésus : « Là où deux ou plus sont unis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mt 18,20).
  8. Le Serviteur de Dieu Gregório Zugasti Fernández De Esquide Religieux Rédemptoriste espagnol martyr Fête le 16 août C.Ss.R. Murillo de Yerri, Navarre, Espagne, 1884 - † the Castellón highway, Madrid, 16 août 1936
  9. Le Serviteur de Dieu Nicesio Pérez Del Palomar Quincoces Religieux rédemptoriste espagnol martyr C.Ss.R. Fête le 16 août Tuesta, Álava, Espagne, 2 avril 1859 - † the Castellón highway, Madrid, 16 août 1936
  10. Le Serviteur de Dieu Aniceto Lizasoain Lizaso Religieux rédemptoriste espagnol martyr C.Ss.R. Fête le 17 août Irañeta, Navarre, 16 avril 1877 - † Chamartín de la Rosa, Madrid, 17 août 1936
  11. Le Serviteur de Dieu Rafael (Máximo) Perea Pinedo Missionnaire rédemptoriste espagnol Martyr Fête le 2 novembre C.Ss.R. Múrita, prov. de Burgos, 24 octobre 1903 - † El Pardo, Madrid, 2 novembre 1936
  12. Claude

    Wilhelm Janauschek

    Vénérable Wilhelm Janauschek Prêtre et religieux autrichien C.Ss.R. Fête le 30 juin Vienne, Autriche, 18 octobre 1859 - † idem 30 juin 1926 Wilhelm Janauschek naquit le 18 octobre 1859. Il avait 16 frères et sœurs; seulement huit d’entre eux dépassèrent l’âge de 20 ans. Après l’école primaire, il entra chez les Rédemptoristes. La devise de toute sa vie était : « Si Dieu le veut, voilà le meilleur ». Au cours de sa vie, il remplit plusieurs fonctions importantes dans la Congrégation : ex. : maître des Novices durant plusieurs années, recteur et supérieur provincial pendant six ans. Il prêcha plusieurs missions et retraites; il était bien connu et hautement apprécié comme confesseur. Il mourut d’un cancer le 30 juin 1926. Étant donné la réputation d’une vie de sainteté et les nombreuses faveurs obtenues par son intercession, les rédemptoristes de Vienne transférèrent ses restes mortels du cimetière où il avait été inhumé à l’église Maria am Gestade. Ils reposent encore aujourd’hui non loin de la chapelle de saint Clément Hofbauer. Et chaque jour, les gens s’approchent de son ‘autel’ pour recommander leurs besoins à son intercession. Si le Père Wilhem Janauschek est béatifié, il sera le premier Bienheureux Rédemptoriste né à Vienne. La Province Rédemptoriste de Vienne et le monastère Rédemptoriste de Maria am Gestade se préparent à célébrer, à la fin de juin 2006, le 80ème anniversaire du décès du Père Janauschek. L’Archevêque de Vienne, le Cardinal Christoph Schönborn, célèbrera une messe solennelle en l’église Maria am Gestade.
  13. Claude

    Daniel Natale

    Le Serviteur de Dieu Daniel Natale Fils spirituel de Padre Pio, prêtre capucin italien Fête le 6 juillet OFM Cap 1919 - † 6 juillet 1994
  14. Claude

    Léonard Melki

    Le Serviteur de Dieu Léonard Melki Capucin, martyr durant le Génocide assyrien à Mardin en 1915 Fête le 11 juin Baabdath, Liban, 4 octobre 1881 - † Mardin, en Turquie, 11 juin 1915 Autre graphie : Youssef (Joseph) Awaiss
  15. Claude

    Simon Mpeke

    Le Serviteur de Dieu Simon Mpeke Prêtre camerounais Fête le 13 août Batombé (Edéa), Cameroun, 1906 - Édéa, Cameroun, 13 août 1975 Connu sous le surnom de « Baba Simon » (« Papa Simon ») Simon Mpeke, surtout connu sous le surnom de « Baba Simon » (« Papa Simon »), né en 1906, mort en 1975, est un prêtre camerounais, premier responsable de Jésus Caritas en Afrique, puis missionnaire auprès des Kirdis dont il fait connaître les traditions. Il est cité en exemple de prêtre par le pape Benoît XVI ; sa procédure de béatification est en cours. Mpeke naît en 1906 à Batombé. Il est baptisé à 12 ans, en 1918, par des missionnaires spiritains, avec Simon comme prénom de baptême, et s'appelle alors Simon Mpeke. Il est d'abord instituteur, puis entre au petit séminaire de Yaoundé en 1924. Il est un des huit premiers camerounais ordonnés prêtres, en 1935. Il est ensuite vicaire, puis curé de la paroisse du quartier New Bell à Douala. Au début de son ministère, Simon Mpeke commence par manifester un zèle virulent. Il s'oppose aux religions traditionnelles. Deux rencontres le font évoluer : sa rencontre avec une religieuse, Sœur Magdeleine, fondatrice des Petites Sœurs de Jésus, et avec un prêtre, René Voillaume, fondateur des Petits Frères de Jésus et des Petites Sœurs de l'Évangile, inspirés par la spritualité de Charles de Foucauld. Il estime avoir trouvé alors « le chemin qu'il cherchait depuis longtemps ». Simon Mpeke rejoint en 1953 l'Institut séculier des Frères de Jésus. Il est l'un des cofondateurs de Jésus Caritas au plan international, et en est le premier responsable en Afrique. Il part dans le nord du Cameroun en 1959, pour s'installer à Tokombéré dans le diocèse de Maroua-Mokolo, parmi les Kirdis. Il partage leur vie de pauvreté, et lutte contre la misère. Son évangélisation est empreinte de prière et de charité. Respectant leurs traditions, et y voyant la marque de la présence de Dieu, « Baba Simon » devient le « chantre de la kirditude ». Épuisé, il meurt le 13août1975 à Édéa, loin de Tokombéré où il aurait aimé être inhumé.
  16. Claude

    Cyprien Rugamba

    Le Serviteur de Dieu Cyprien Rugamba Laïc, Père de famille et Fondateur Fête le 7 avril Sud du Rwanda 1935 - † au Rwanda 7 avril 1994 Fondateur, avec sa femme Daphrose, de la Communauté de l'Emmanuel, au Rwanda, en 1990. Cyprien Rugamba naît en 1935, dans le sud du Rwanda. Il entre au séminaire mais en ressort un peu plus de deux ans plus tard et poursuit ensuite des études en histoire au Burundi puis en Belgique, où il obtient son diplôme. Il devient ensuite haut-fonctionnaire et acquiert une certaine célébrité dans le pays en tant que poète, musicien, compositeur et chorégraphe. Daphrose Mukasanga nait en 1944 et grandit dans le même village que son futur époux, puis devient enseignante. Ils se marient en 1965. Leurs premières années conjugales sont difficiles. La pieuse Daphrose prie pour la conversion de son mari qui a perdu la foi au séminaire. Ensemble, ils ont dix enfants dont Daphrose s'occupe de l'éducation. La conversion de Cyprien se fera en 1982, après un passage au sanctuaire de Kibeho où la Vierge serait apparue un an plus tôt. Ce retour à la foi fait grand bruit dans le pays, car il est alors très connu dans les milieux culturels et dirige l’Institut national de recherche scientifique. Ils deviennent un couple débordant d'amour, de tendresse, de délicatesse et de connivence. Après cette conversion, ils vivent une vie de foi intense à travers le renouveau charismatique et exercent la charité auprès des malades et des enfants abandonnés. En 1989, lors d'un voyage en France, ils visitent à Paray-le-Monial une communauté de l’Emmanuel et décident d’en fonder une près de chez eux. Au moment de leur mort, le nombre d’enfants y vivant dépassera la centaine et en 2015, cela sera la deuxième plus grande communauté au monde avec plus d’un millier de personnes. Cyprien refuse de s'engager en politique et affirme être « du parti de Jésus ». Il ne cesse cependant de dénoncer les appels à la violence entre Hutus et Tutsis ainsi que le climat croissant de guerre civile. Ses chansons engagées déplaisent à une partie de la population et font de lui une personnalité à abattre. Alors que la violence sévit dans le pays, beaucoup leur recommandent de quitter leur maison à Kigali et de se réfugier dans des lieux plus sûrs, mais tout en étant conscients du danger, ils refusent pour poursuivre leurs actions auprès des jeunes que la violence envoie vers eux en nombre croissant. Les Rugamba sont finalement assassinés en leur résidence, avec six de leurs dix enfants, le 7 avril 1994, au lendemain du meurtre du président Juvenal Habyarimana, qui marque le début du génocide rwandais. Ils avaient passé toute la nuit en adoration eucharistique, pressentant leur fin prochaine mais ne cherchant ni à fuir, ni à se cacher.
  17. Claude

    Carlo Della Torre

    Le Serviteur de Dieu Carlo Della Torre Missionnaire en Thaïlande et Fondateur des Filles de la Royauté de Marie Immaculée Fête le 4 avril Cernusco-sul-Naviglio, dans le district de Milan, 9 juillet 1900 - † Bangkok, Thaïlande, 4 avril 1982 Le “Serviteur de Dieu”, né à Cernusco-sul-Naviglio, dans le district de Milan, le 9 juillet 1900, suivit ses études de gymnase auprès du Pensionnat salésien missionnaire “Cardinal Cagliero” de Ivrea. Il fut envoyé d’abord en Chine, puis en Thaïlande, où il émit sa première profession religieuse auprès de Bang Nok Khuek, la maison mère de la mission salésienne thaïlandaise. En 1954, il fonda les “Daughters of the Queenship of Mary” (Filles de la Royauté de Marie Immaculée), un Institut séculier féminin de droit diocésain. De même que le père Variara, il dut beaucoup souffrir pour sa fondation, au point qu’il dut quitter la Congrégation salésienne pour trente ans. Il mourut à Bangkok, en salésien, âgé de 82 ans.
  18. Claude

    Carlo Crespi Croci

    Le Serviteur de Dieu Carlo Crespi Croci Missionnaire salésien fondateur de l`Université Polytechnique salésienne de l`Équateur Fête le 30 avril Legnano, Milan, 29 mai 1891 - † Cuenca, Équateur, 30 avril 1982
  19. Claude

    Candido Amantini

    Le Serviteur de Dieu Candido Amantini Religieux passioniste, exorciste à Rome Fête le 22 septembre Bagnolo frazione di Santa Fiora 31 janvier 1914 - † 22 septembre 1992 Autre graphie : Eraldo Ulisse (Candido) Amantini, en religiion Candido dell'Immacolata
  20. Claude

    Benoît XIII

    Le Serviteur de Dieu Benoît XIII 245e pape de l'Église catholique Fête le 21 février Gravina in Puglia, province de Bari, Pouilles, alors dans le royaume de Naples, 2 février 1649 - † 21 février 1730 Autres graphies : Pietro Francesco Orsini, en religion, Vicenzo Maria Orsini Son procès de béatification avait été ouvert le 21 février 1931, et a été relancé par un acte du Tribunal diocésain du diocèse de Rome début 2010.
  21. Claude

    Jean Thierry EBOGO

    Le Serviteur de Dieu Jean Thierry EBOGO Religieux carme déchaussé camerounais Fête le 5 janvier Bamenda (Cameroun) 4 février 1982 - † Legnano (Italie) 5 janvier 2006 Autre graphie : nom en religion, Thierry de l'Enfant-Jésus et de la Passion
  22. Claude

    Jacques Fesch

    Le Serviteur de Dieu Jacques Fesch Assassin, Converti, Contemplatif et Mystique Fête le 1er octobre Saint-Germain-en-Laye 6 avril 1930 – † Paris 1er octobre 1957 Site officiel Association Jacques Fesch : http://www.jacquesfesch.fr/ Le 25 février 1954, Jacques Fesch entre, arme au poing, dans un bureau de change pour dérober plus de deux millions de francs. L’affaire tourne mal. Poursuivi par un agent de police, il tire et le tue. Écroué à la prison de la Santé à Paris, il y restera trois ans avant d’être exécuté. Le 1er mars 1955, il écrit dans son journal : « J’ai entendu une voix qui n’est pas de la terre me dire : « Jacques, tu reçois les grâces de ta mort. » » Ce choc produit sa conversion et, dès lors, il s’oriente vers une intense recherche spirituelle. Plus tard, il dira : « Je suis comblé. On me sauve malgré moi, on me retire du monde parce que je m’y perdais. » L’instruction et le procès de Jacques Fesch déclenchent des débats passionnés aux assises et dans la presse. Le 1er octobre 1957, celui que l’opinion publique surnommait le « dandy malfrat » est guillotiné, à l’âge de vingt-sept ans. Les dernières lignes de son journal sont éloquentes et devinrent le titre d’un best-seller : « Dans cinq heures, je verrai Jésus… » Mr Gilbert Collard s’est livré pendant trois ans à une enquête minutieuse à travers les dossiers du procès, les rencontres avec ceux qui ont connu Jacques Fesch et l’étude de son journal spirituel et de sa correspondance. Il retrace l’incroyable parcours de cet homme pour lequel une enquête préliminaire à la béatification est en cours et dont le cardinal Lustiger, archevêque de Paris, espère qu’il sera un jour « vénéré comme une figure de sainteté ».
  23. Claude

    Franz Stock

    Le Serviteur de Dieu Franz Stock Prêtre allemand Fête le 24 février Neheim, Westphalie, 1904 – † Hôpital Cochin, Paris, 24 février 1948 « L’aumônier de l’enfer » Prêtre allemand, ancien aumônier des prisons du Cherche-Midi, à Paris, et de Fresnes, apôtre de la réconciliation franco-allemande, en instance de béatification, Franz Stock accompagna plus de mille condamnés à mort, fusillés au mont Valérien, de 1942 à 1944, avant de devenir supérieur du séminaire des Barbelés, où les séminaristes allemands prisonniers de guerre poursuivaient leurs études, près de Chartres. Lorsque, en 1934, l’abbé Franz Stock arrive à Paris pour s’installer sur la montagne Sainte-Geneviève, où se trouve la mission allemande, il n’a aucune idée de ce qui va suivre. fils aîné d’un ouvrier de Neheim, en Westphalie, il connaît et aime déjà la France. Paderborn, son diocèse, est lié depuis douze siècles au Mans. Ses années de séminaire à Paderborn ont été ponctuées de plusieurs séjours dans l’Hexagone : à Bierville, dès 1926, pour un congrès international de la paix organisé par Marc Sangnier ; en Corrèze, à Lourdes, en Ile-de-France (il sera le premier étudiant allemand à l’Institut catholique de Paris depuis la Grande Guerre), dans les Alpes et à Lyon et, surtout, en Bretagne. Francophone et francophile, Franz Stock est aussi un compagnon de Saint-François, un groupe fondé par Joseph Foliet (dont il a fait la connaissance à Bierville) pour promouvoir une spiritualité toute franciscaine de fraternité, de justice et de paix. Ordonné prêtre en 1932, C’est cet homme-là qui, à 30 ans, prend en charge les Allemands de Paris. Hitler, contre lequel l’abbé, juché sur un cheval, a harangué des ouvriers de sa paroisse pour les mettre en garde, le 1er mars 1933, est au pouvoir. Arrive la guerre. Le recteur de la communauté allemande de Paris est rapatrié. Et la croix gammée s’affiche dans Paris. Dès août 1940, le recteur retrouve sa communauté parisienne, qui grossit d’un coup. Il devient l’aumônier des prisons de Fresnes, de la Santé et du Cherche-Midi. Des prisons vite surpeuplées : résistants et simples suspects, otages et hommes simplement dénoncés pour des raisons purement crapuleuses. L’aumônier, fraternel, pacifique et pacifiant, est disponible à tous ceux qui acceptent de le voir. Avec bonté, et avec, surtout, l’accompagnement des condamnés à mort. Une épreuve bouleversante pour cet homme de paix. Épreuve qui se renouvellera plus d’un millier de fois, au Mont-Valérien. Et qui va l’user, prématurément. Arrêté à la Libération par les Américains, il connaît à son tour le sort de prisonnier. A Cherbourg, puis près de Chartres où il va diriger le « séminiare des barbelés » : 959 séminaristes allemands y passent entre 1945 et 1947. En août 1945, il est à la tête du séminaire d’Orléans, qui sera dissous deux ans plus tard. En 1947, année où Franz Stock sera nommé docteur Honoris causa de l’université de Fribourg, il retrouve sa paroisse parisienne. Mais le coeur est atteint. Il meurt, seul, à l’hôpital Cochin, le 24 février 1948. L’autorité militaire française interdit de publier sa mort. Il créa le Séminaire des barbelés. L’abbé Franz Stock a été pendant 2 ans supérieur de ce que l’on a appelé “le Séminaire des barbelés”, séminaire du Coudray-Morancez, près de Chartres. Des prisonniers allemands séminaristes vivaient dans la journée les conditions de tous les prisonniers, mais ils avaient le soir la possibilité de suivre leurs études. Franz Stock, prisonnier lui-même, a été le responsable de cette formation. Du 17 août 1945 au 5 juin 1947, 750 séminaristes allemands prisonniers passèrent par ce camp. Dans le camp de Chartres, puis à Orléans, l’abbé Stock forma un millier de séminaristes pour refonder l’Église catholique d’Allemagne, qui avait été anéantie par les nazis. De ce prêtre très humble qui a beaucoup travaillé à une meilleure compréhension entre français et allemands, Mgr Roncalli, nonce à Paris (futur Jean XXIII), venu visiter ce séminaire des barbelés dira : « Franz Stock, ce n’est pas un nom, c’est un programme. » Mort d’épuisement à l’âge de 43 ans, le corps de Franz Stock a été inhumé au cimetière de Thiais, dans le carré réservé aux prisonniers de guerre. Le corps de l’abbé Franz Stock a été transféré en 1963 dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres, près de Chartres. En 1990, la municipalité de Chartres décide de donner son nom à une place de la ville. Son procès en béatification est ouvert par l'Église catholique en 2009.
×
×
  • Create New...

Important Information

We use technologies, such as cookies, to customise content and advertising, to provide social media features and to analyse traffic to the site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. See more about cookies and our Privacy Policy.