Jump to content
Prénommer

Search the Community

Showing results for tags 'somalie'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Accueil
    • Informations générales
    • Vie du Forum
  • Discussions générales
    • News et Actualités
    • Législation
    • Questions et réponses
  • Ressources
    • Saints et Fêtes
    • Calendrier
    • Prénoms
    • Prénoms étrangers
    • Prénoms régionaux
    • Groupes
    • Causes
    • Aide
    • Documents en ligne
    • Liens utiles
  • Forum Prenommer
    • Partenaires

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Lieu


Intérêts

Found 2 results

  1. La missionnaire italienne de la Consolata a été assassinée le 17 septembre 2006, à Mogadiscio, par deux extrémistes musulmans. Le 17 septembre 2006, sœur Leonella Sgorbati est abattue en pleine rue avec son garde de corps par des extrémistes musulmans, aux abords de l’hôpital pédiatrique de Mogadiscio, en Somalie. Ses derniers mots avant de mourir ont été : « Je pardonne ! Je pardonne ! ». Le pardon… la signature de son martyre ! Un mot qu’elle avait fait sien, jour après jour, avec héroïsme, trouvant le courage de surmonter toutes les peurs que peut susciter de vivre dans un pays déchiré par dix années de guerre civile, de famine, de banditisme et de fondamentalisme religieux. « Il y a une balle avec mon nom écrit dessus et Dieu seul sait quand elle arrivera », disait-elle. Mais sa vie, elle l’avait donnée au Seigneur et elle ajoutait toujours : « Il peut faire de moi ce qu’il veut ». La reconnaissance de son martyre en « haine de la foi » par le pape François, le 8 novembre dernier, ouvre la voie à sa béatification. Depuis octobre 2008, sa croix est conservée dans la basilique Saint-Barthélemy sur l’île, à Rome, consacrée à la mémoire des nouveaux martyrs des XXe et XXIe siècles Son martyre, signe d’espérance Rosa Maria Sgorbati, missionnaire de la Consolata, originaire du Piémont, en Italie, avait 66 ans quand elle a été tuée par deux membres de l’union des tribunaux islamiques, une alliance qui souhaitaient instaurer un État régi intégralement par la charia. Son garde du corps, Mohamed Mahamud, un musulman, père de quatre enfants, a bien essayé de faire bouclier entre elle et les tueurs, mais il a été, lui aussi, tué. Un symbole fort selon l’évêque de Djibouti, Mgr Giorgio Bertin, franciscain, chargé du procès en béatification de sœur Leonella. Chrétiens et musulmans qui cherchent à partager leur vie doivent s’attendre à ce que cela puisse arriver. Pour l’évêque, il ne s’agit pas d’une simple coïncidence : « Pour moi, la mort d’une italienne et d’un somalien, d’une chrétienne et d’un musulman, d’une femme et d’un homme, nous dit qu’il est possible de vivre ensemble, vu qu’il est possible de mourir ensemble ». Et c’est la raison pour laquelle le martyre de sœur Leonella, selon lui, doit être vu comme un signe d’espérance. Le pardon à tout prix « Nous devrions avoir pour vœu celui de servir la mission au prix même de notre vie. Nous devrions être contents de mourir sur la brèche », disait le fondateur des missionnaires de la Consolata, le bienheureux Giuseppe Allamano. Leonella qui l’aimait beaucoup, passait son temps à étudier sa spiritualité pour l’incarner dans sa propre vie : « J’espère qu’un jour le Seigneur, dans sa bonté, m’aidera à tout Lui donner ou alors… Il se le prendra… Car Lui sait que c’est réellement ce que je veux », disait-elle. Et sœur Leonella voulait « tout donner » parce qu’elle « aimait tant », disent ses consoeurs. Et cet amour la portait à « sans cesse pardonner ». Une de ses consœurs tanzanienne peut en témoigner, elle qui a appris, grâce à ses enseignements, à pardonner après la mort tragique de son propre frère. Elle lui disait : « C’est toi qui doit commencer à faire ce geste de pardon, n’attends pas que ton frère s’excuse », lui avait-elle dit, en faisant comprendre qu’elle la première s’exerçait depuis longtemps à pardonner. Le rôle éducatif et caritatif de Leonella en Somalie, mais également au Kenya, où elle a commencé sa mission en Afrique, fut immense et éprouvant, mais elle l’exerçait toujours avec le sourire aux lèvres, témoignent ceux qui l’ont connue. C’était comme sa carte de visite. Lorsqu’on lui demandait : « Pourquoi tu souris tout le temps, même aux gens que tu ne connais pas ? » elle répondait : »Comme ça ceux qui me regardent souriront à leur tour et ils n’en seront qu’un peu plus heureux ».
  2. Le pape François autorise la Congrégation pour les causes des saints à promulguer huit décrets: six reconnaissent les “vertus héroïques” de six baptisés, dont le pape Jean-Paul Ier et un bienheureux allemand du XVe s., et deux reconnaissent le martyre d’un prêtre diocésain hongrois, en 1956, le père Janos Brenner, et celui d’une religieuse italienne tuée en Somalie en 2006, soeur Leonella Sgorbati. Le pape a en effet reçu en audience au Vatican, mercredi après-midi, 8 novembre 2017, le cardinal Angelo Amato préfet de ce dicastère. Les deux martyrs qui pourront donc ipso facto être bientôt béatifiés sont: 1- le père Janos Brenner, prêtre diocésain hongrois, novice chez les cisterciens, avant l’arrivée du communisme (Szombathely, 27 décembre 1931- Rabakethely, 15 décembre 1957); 2- soeur Leonella Sgorbati (au siècle: Rosa), religieuse italienne, Missionnaire de la Consolata (Rezzanello di Gazzola, 9 décembre 1940- Mogadiscio (Somalie) 17 septembre 2006), martyre à 65 ans. Les décrets reconnaissent aussi que 6 baptisés ont vécu les vertus humaines et chrétiennes de façon héroïque. Ce sont: 1- le bienheureux allemand Bernard de Bade, marquis de Bade (château de Hohenbaden (Baden-Baden, Allemagne) 1428/1429- Moncalieri (Italie), 15 juillet 1458). Il était reconnu pour sa piété et son souci des pauvres. De nombreuses guérisons ont lieu sur sa tombe à Moncalieri. Il a été élevé au rang de bienheureux en 1769. Il pourrait être canonisé. 2- le pape Jean-Paul Ier (Albino Luciani, 1912-1978), pape pendant 33 jours après la mort de Paul VI; 3- Gregorio Fioravanti (au siècle: Lodovico), prêtre, franciscain, Italien, fondateur des Franciscaines missionnaires du Sacré-Coeur (1822-1894); 4- Tomas Morales Pérez, jésuite du Venezuela, mort en Espagne, fondateur, notamment, de deux instituts séculiers Cruzadas et Cruzados de Santa Maria, (1908-1994); il était particulièrement lié au message de Fatima; 5- Marcellino da Capradosso (au siècle: Giovanni Maoloni), frère cacupin italien (1873-1909); 6- Teresa Fardella, veuve De Blasi, Italienne née aux Etats-Unis et morte en Sicile, fondatrice des Soeurs pauvres, filles de Marie Reine (New York, 1867-Trapani, 1957). Pour que ces 5 serviteurs de Dieu soient béatifiés il faudra la reconnaissance d’un miracle dû à leur intercession. Deux cas sont actuellement examinés pour la cause de Jean-Paul Ier.
×
×
  • Create New...