Jump to content
Prénommer
Sign in to follow this  
Claude

Newman (John Henry)

Recommended Posts

Saint Newman (John Henry)

Cardinal oratorien et théologien anglais

Fête le 9 octobre

C.O.

Cité de Londres 21 février 1801 – † Edgbaston, Warwickshire, 11 aout 1890

Cf. John Henry Newman

Proclamé Vénérable le 22 janvier 1991 par le pape Jean Paul II

Béatifié le 19 septembre 2010 par le pape Benoît XVI

Le cardinal Newman est né à Londres le 21 février 1801 dans une famille de banquiers anglicans. Il est mort à Birmingham le 11 août 1890, cardinal de l’Église catholique. Sur sa tombe, il est écrit: « Ex umbris et imaginibus in veritatem » (« A la vérité à travers les ombres et les figures »). Il est l’auteur de deux ouvrages essentiels : « Essai sur le développement de la doctrine chrétienne » (1845) et « Grammaire de l’assentiment » (1870).

Le cardinal Newman est né à Londres. À 15 ans, un événement spirituel décisif orienta sa vie vers la quête de Dieu, ce qu’il appelait une « nouvelle conversion ». « Une telle conversion, écrit-il, concentra toutes mes pensées sur deux êtres seulement, dont l’évidence étaient absolues et indiscutable: mon âme et mon Créateur ». Il devient « fellow » à Oxford, dans le collège d’Oriel, le plus prestigieux. En 1824, à la fin de ses études, il est ordonné diacre anglican et 4 ans plus tard, il est nommé curé de l’église Sainte-Marie, près de l’Université même. La lecture des Pères de l’Église marque sa pensée. Il se lie d’amitié avec des personnes cultivées comme Hurrel Froude et Pusey qui l’aide dans ses recherches sur la tradition de l’Église. Son ami Keble jette les bases du « Mouvement d’Oxford » par son sermon du 14 juillet 1833 « Sur l’apostasie nationale ». Ce « mouvement » visait à redonner à l’Eglise anglicane de se considérer comme une part de l’Église universelle, à l’instar de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe, en la ramenant à la tradition des pères et des grands théologiens, sans la « romaniser » pour autant, mais en la rendant indépendante des compromissions avec le pouvoir. Newman y adhéra sincèrement. Mais il se rendit compte que cette « via media » était une illusion. Il tenta alors de donner une interprétation catholique des 39 articles de l’Eglise anglicane, par le « Tract 90″ (les Tracts étant de brefs traités ou des articles par lesquels les adhérents du mouvement d’Oxford manifestaient leur pensée). Mais l’Université et les évêques anglicans rejetèrent les convictions de Newman, et il se retira en 1842 pour étudier, méditer et prier à Littlemore. Et le 9 octobre 1845 il se fit catholique. Après un voyage à Rome en 1847, il fut ordonné prêtre et une nouvelle étape de sa vie commença. Il voulut montrer à ses concitoyens qu’il était possible d’être catholique et non moins citoyen loyal. Il eut beaucoup à souffrir de la part d’Anglicans ou de catholiques. En 1840 aussi il fonda l’Oratoire de S. Philippe Neri en Angleterre et poursuivit son œuvre de réformateur. Il fonda ensuite une université catholique à Dublin (1851-1858) et se retira ensuite dans la solitude. La publication de l’Apologia pro vita sua (1864) lui redonna audience dans son pays, pour la sincérité du récit et sa qualité littéraire. Peu à peu son action fut comprise. Le pape Léon XIII lui conféra la dignité cardinalice en 1879. Et il mourut en 1890, honoré et respecté de tous. Sa cause de béatification a été introduite le 22 janvier 1991.

La béatification du cardinal John Henry Newman à Birmingham, le dimanche 19 septembre, sera la première béatification présidée par Benoît XVI.

En effet le pape est revenu, dès 2005, à la règle en vigueur jusqu'à la béatification du père Kolbe par Paul VI (17 octobre 1971), par solidarité avec la Pologne opprimée. Le pape ne préside donc plus les béatifications, mais seulement les canonisations.

Cette entorse à la règle en faveur de Newman en dit long sur l'estime de Benoît XVI pour ce grand Anglais et son diagnostic sur l'importance de la pensée de Newman pour l’Église aujourd'hui.

France catholique consacre un dossier à cette béatification très attendue et à la personnalité de Newman, dont l'amour de la vérité n'est pas sans affinités avec le pape, dont la devise est tirée de saint Paul : « Coopérateurs de la Vérité ».

Cardinal-Newman.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We use technologies, such as cookies, to customise content and advertising, to provide social media features and to analyse traffic to the site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. See more about cookies and our Privacy Policy.