Jump to content
Prénommer
Sign in to follow this  
Claude

Rafael Guízar y Valencia

Recommended Posts

Saint Rafael Guízar y Valencia

Évêque de Veracruz (Mexique)

Fête le 25 mai

Cotija, Michoacán, Mexique, 26 avril 1878 – † Ciudad de México, D.F., 6 juin 1938

Béatifié le 29 janvier 1995 à Rome par le pape Jean Paul II

Canonisé le 15 octobre 2006 à Rome par le pape Benoît XVI

Le bienheureux Rafael Guízar y Valencia, né au Mexique en 1878 et retourné à Dieu en 1938, a été béatifié le 29 janvier 1995 par Jean-Paul II à Rome.

Le Bienheureux Rafael Guízar y Valencia est né le 26 avril 1878 à Cotija (État de Michoacán). À l’âge de seize ans il entre au grand séminaire de Zamora, son diocèse d’origine, et est ordonné prêtre le 1er juin 1901. Avec zèle, il se dévoue à son sacerdoce et en 1905 il est nommé missionnaire apostolique et directeur spirituel du séminaire de Zamora. Afin de contrecarrer l’anti-catholicisme de la presse révolutionnaire, Frère Guizar fonde un atelier d’impression, qui publie le périodique catholique « La Nacion ». La persécution religieuse le contraint à quitter Mexico City, où, déguisé en antiquaire, il lui est possible de s’occuper des malades et des blessés. Condamné à mort plusieurs, il s’échappe et devient missionnaire aux États-Unis et à Cuba. Consacré évêque de Vera Cruz le 30 novembre 1919, il se soucie principalement de l’évangélisation et écrit un Catéchisme de la Doctrine Chrétienne à cette fin. Il reconstruit le séminaire, qui a longtemps été fermé à cause de la législation anti-catholique. Il s’emploie à dire : « Un évêque Bishop peut se passer d’une mitre, d’une crosse et même d’une cathédrale, mais il ne peut jamais se passer d’un séminaire, parce que l’avenir de son diocèse dépend du séminaire ». Le séminaire est plus tard confisqué par le gouvernement poursuivant une nouvelle législation anti-religieuse. Le séminaire est déplacé à Mexico City, où il fonctionne clandestinement pendant 15 ans. L’évêque est d’une grande charité envers les pauvres, cédant sa croix pectorale, son anneau, ses habits, ses chaussures, sa soutane, son chapeau et son manteau afin de subvenir à leurs besoins, tellement qu’il est connu comme « l’évêque des pauvres », en dépit des souffrances causées par le diabète, la phlébite, l’insuffisance cardiaque et l’extrême obésité. Contraint à l’exil, il travaille dans le sud des États-Unis, se rend ensuite à Cuba, en Colombie et au Guatemala, où il assiste les évêques locaux à organiser la vie spirituelle de leur clergé. À travers sa correspondance il reste en contact avec son diocèse et le séminaire clandestin de Mexico City. En vue de son éventuel retour à Veracruz, il enseigne le catéchisme, prêche des missions populaires et secourt les malades et les mourants. Ayant contracté une maladie à Cordoba, il est amené à Mexico City, où il meurt le 6 juin 1938. Son corps fut transféré à la Ciudad de Xalapa, à Veracruz.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...

Important Information

We use technologies, such as cookies, to customise content and advertising, to provide social media features and to analyse traffic to the site. We also share information about your use of our site with our trusted social media, advertising and analytics partners. See more about cookies and our Privacy Policy.